Capture decran 2022 06 08 a 09.41.43 150x150 - Interview de Guillaume Morand, co-fondateur de Oh My PâteGuillaume Morand, co-fondateur de Oh My Pâte, pouvez-vous nous présenter votre parcours et votre société ?

Après des études en économie, je suis rentré dans le secteur de la banque dans lequel j’ai travaillé pendant 25 ans.

Avec des amis rencontrés au gré de mes expériences professionnelles, nous nous demandions quand nous lancerions une activité entrepreneuriale. À un moment donné, il y a eu alignement des planètes et nous nous sommes lancés avec Maxim.

Nous avons lancé en 2016 un concept de restauration rapide de crêpes, MARDI CRÊPERIE URBAINE, en développant un sytème de cuisson unique dont une partie est brevetée et qui a fait l’objet d’une subvention de la BPI.

Puis nous avons ouvert en 2019 (licence de marque) un kiosque à la Gare Montparnasse.

Enfin, pendant le premier confinement en 2020, nous avons réfléchi à développer d’autres activités, davantage tournées vers le BtB, et nous avons mis au point avec nos meuniers historiques de Bretagne et d’Ile de France « Oh My Pâte », la première gamme 100% BIO de mélanges déshydratés.

Nous proposons Oh My Pâte aux professionnels et à la grande distribution pour les particuliers.

Selon vous, quels sont les facteurs clés de réussite d’une entreprise comme la vôtre ?

Je pense que c’est un peu comme pour toutes les entreprises : essayer d’innover, parce que refaire ce que font les autres sans rien apporter de nouveau, non seulement ça n’a aucun intérêt, mais surtout le consommateur n’a aucune chance de choisir vos produits.

Dans le cas d’Oh My Pâte, il n’existe à ce jour presque aucun mélange déshydraté BIO pour faire de la pâte à crêpes. Et encore moins de gamme.

Par ailleurs, il est important d’essayer de comprendre quels sont les évolutions des comportements des consommateurs.

En particulier avec tout ce qui tourne autour de la « malbouffe ». C’est la raison pour laquelle nous avons mis au point une gamme 100% naturelle : pas de colorants, pas de conservateurs, pas d’additifs.

Nous avons également tenu compte des allergies, qui sont de plus en plus fréquentes, en proposant un mélange pour les crêpes sans farine de blé.

Enfin, pour reprendre ce que me disait mon coach quand j’ai lancé entreprise : « n’oubliez jamais ce que la technologie peut vous apporter ». Et chez MARDI Group, nous avons toujours tenu compte de cette remarque.

Quel conseil donneriez-vous à un consommateur pour une meilleure alimentation ?

Lire les étiquettes ! Et évitez les produits transformés.

Au moins le confinement a peut-être amené un changement dans le comportement alimentaire des français : celui de faire davantage la cuisine. C’est déjà manger plus sainement !

Plus d’informations sur www.pour-nourrir-demain.fr

Donnez votre avis sur cette information !