1606297838055 300x300 - "Ne pas écouter le consommateur, il ne peut être visionnaire, mais notre rôle est de travailler dès aujourd'hui sur des besoins qu'il exprimera dans quelques années" Gaëlle Ouari, LabeyrieGaëlle Ouari, Directrice de la communication, du Digital & de la RSE de Labeyrie Fine Foods, selon vous, quels seront les défis de l’industrie agroalimentaire dans les 10 ans à venir ?

L’un des gros défis selon moi, sera l’accès à la matière première de qualité et surtout durable.

En effet, le contexte climatique, et parfois même le contexte géo-politique montrent que nous devons repenser notre façon d’acheter nos matières premières agricoles. Nous devons donc nous impliquer dans l’amont de nos filières encore plus que ce que nous faisons aujourd’hui. Soutenir la transition agricole est essentiel voir vital !

Comment Labeyrie Fine Foods s’engage actuellement pour faire face à ces défis ?

Notre Groupe comme nos marques sont déjà impliqués sur l’amont de certaines filières, comme le canard gras par exemple puisque nous travaillons depuis des années avec Lur Berri, coopérative agricole.
Nous mettons en place une collaboration étroite avec nos partenaires saumon et crevettes également.

Et plus récemment nous travaillons sur la filière végétale, et avons mis en place des Groupes de travail avec AgriEthique, et Earthworm.

C’est véritablement passionnant de concrètement accompagner des producteurs dans leur transformation.

Nous sommes d’ailleurs à l’origine de la création d’un fonds collectif « Un Pacte positif », qui justement accompagne les agriculteurs.

Pourriez-vous nous donner un exemple, au sein de votre société, d’une opération en faveur d’une meilleure alimentation des Français dans les années à venir ?

Une meilleure alimentation des Français, c’est d’abord un sourcing responsable : toutes nos matières premières stratégiques sont labellisées.

L’alimentation de nos matières premières est durable également (réduction de l’empreinte carbone/zéro déforestation/pérénité des espèces/respect des droits humains).

Une meilleure alimentation c’est aussi travailler sur le clean label de nos produits. Nous avons déjà supprimé et allons continuer à supprimer des additifs dans nos recettes.

L’Eco conception est également une priorité pour nous : réduire les emballages, passer en emballages recyclables- recyclés.

D’un point de vue nutritionnel, nous nous fixons l’objectif d’avoir le meilleur nutriscore de chaque catégorie.

Nous travaillons également sur l’ensemble du Groupe, à réduire notre empreinte climatique, quand on sait le poids de l’agroalimentaire dans l’émission globale de CO2.

Et travailler à réduire notre empreinte, c’est aider nos consommateurs à réduire leur propre empreinte !

A titre personnel, quel conseil donneriez-vous aux professionnels de l’agro-alimentaire pour être prêt pour les 10 ans à venir ?

Nous sommes dans le temps long, à savoir que nous devons aujourd’hui préparer et anticiper le monde de dans 10 ans.

Alors, ne pas écouter le consommateur, il ne peut être visionnaire, mais notre rôle est de travailler dès aujourd’hui sur des besoins qu’il exprimera dans quelques années.

Et surtout, mon conseil : avoir conscience du monde qui nous entoure, et s’en sentir responsable !

Plus d’informations sur www.labeyrie-fine-foods.com

Téléchargez le livre blanc : « Que sera l’industrie agroalimentaire dans 10 ans ? » en partenariat avec Shortlinks.

engagement - "Ne pas écouter le consommateur, il ne peut être visionnaire, mais notre rôle est de travailler dès aujourd'hui sur des besoins qu'il exprimera dans quelques années" Gaëlle Ouari, Labeyrie

Donnez votre avis sur cette information !