Fumette, c’est l’histoire d’une reconversion improbable, celle d’une responsable marketing et d’un directeur commercial désormais artisans-fumeurs de poissons locaux ! 

Le premier fumoir artisanal de poissons du Bassin d’Arcachon a vu le jour en janvier 2020 à Lège-Cap Ferret (33) sous l’impulsion de Bénédicte Baggio et Julien Marcotte. 

Originaire de La Rochelle (17), Bénédicte est passionnée de produits du terroir, auteur culinaire et blogueuse food (my little spoon). Elle a travaillé 10 ans dans la communication et le marketing digital à Bordeaux, notamment en tant que responsable marketing digital à La Cité du Vin. 

Breton d’origine, Julien est passionné de voile, de surf et de pêche, il habite au Cap Ferret et vient de tourner la page d’une carrière commerciale dans le tourisme à Bordeaux (Bordeaux River Cruise, Bordovino). 

Tous deux ont l’envie d’entreprendre et d’écrire une page nouvelle. Ils se réunissent autour d’un même projet : fonder le premier fumoir artisanal de poissons du Bassin d’Arcachon.

Leur ambition : proposer des poissons fumés de qualité, issus de la pêche locale.

Leurs valeurs : pêche durable, sélection des espèces abondantes, approvisionnement local, savoir-faire artisanal autour des techniques de conservation ancestrales, circuits courts. 

Des poissons sauvages issus de la pêche durable 

Pour l’approvisionnement de ses poissons sauvages, Fumette sélectionne les pêcheurs avec lesquels l’entreprise travaille selon des critères de pêche durable.

Fumette se concentre sur des espèces de poissons dont le stock n’est pas menacé, qui ne souffrent pas de surpêche, en évitant les périodes de reproduction des espèces fragiles. La fumaison est un moyen de valoriser des espèces de poissons méconnues ou peu nobles, afin d’encourager les consommateurs à une plus grande diversité dans la sélection des espèces consommées. 

Basés au Cap Ferret en Gironde (33), Fumette a à cœur de ne travailler que des espèces pêchées localement : 

  • Dans le Bassin d’Arcachon pour le mulet noir et la dorade
  • Au large des passes du Bassin pour des espèces comme le maigre et le bar
  • Jusque dans le Golfe de Gascogne selon les saisons pour des espèces comme le maquereau et le thon germon
  • Des poissons d’élevage locaux, labellisés Agriculture Biologique

Fumette a fait le choix de ne pas travailler le saumon d’élevage, mais de proposer une truite labellisée Agriculture Biologique élevée dans les Pyrénées ariégeoises, au lac de Montbel (09). Sa chair est naturellement nacrée, sans apport de carotène.
L’entreprise est d’ailleurs certifiée Agriculture Biologique par l’AFNOR (FR-BIO-21).

La question de l’emballage

Les poissons fumés Fumette sont conditionnés sous vide, afin de proposer une date limite de consommation (DLC) de 21 jours. En toute transparence, l’entreprise aurait préféré s’affranchir du plastique, bien consciente notamment de l’impact de celui-ci sur les océans et sur les poissons. A sa connaissance, aucune autre matière ne garantit d’aussi bonnes conditions de conservation que le plastique, quand il est question de denrée humide comme le poisson. Fumette propose cependant la commercialisation de ses poissons fumés sur demande ou dans certains circuits de vente (boutique-atelier, marchés…) dans du papier paraffiné recyclable avec une DLC de 7 jours.
Dans tous les cas, Fumette limite le suremballage au maximum et reste attentive aux alternatives au plastique qui, espérons-le, ne tarderont pas à apparaître sur le marché.

Savoir-faire artisanal  

La fumaison et la salaison sont des procédés de conservation ancestraux. A l’époque où le froid artificiel n’existait pas pour le stockage et le transport du poisson frais, celui-ci était conservé grâce à la salaison et à la fumaison.
Aujourd’hui, les enjeux ne sont plus les mêmes et si Fumette a fait le choix de saler et fumer ses poissons, c’est d’abord par amour du produit ! L’équipe a à cœur de proposer avant tout de bons poissons fumés locaux, tout en étant conscients que leur durée de conservation augmentée facilitera la vie des consommateurs. 

L’entreprise a également l’ambition d’utiliser la fumaison pour valoriser des espèces de poissons méconnues ou peu consommées, et d’en faciliter l’accès. Un joli pari pour la diversification des espèces ! 

grandpanier - Fumette : le premier fumoir artisanal de poissons du Bassin d’Arcachon

Pus d’informations sur www.fumette-capferret.com

Donnez votre avis sur cette information !