La consommation de viande diminuant chaque année dans les pays industrialisés, les producteurs espèrent redonner leurs lettres de noblesse à celle-ci en proposant de l’élevage « nourri à l’herbe » dans des pâturages de qualité.

Que ce soit la viande ou le lait, les consommateurs ne souhaitent plus de produits issus de l’élevage dans des parcelles d’engraissement et privilégient la qualité à la quantité, base du flexitarisme croissant.

Dans les années à venir, ce label « nourri à l’herbe » va devenir un label à communiquer par les industries agro-alimentaires et les restaurants pour rassurer sur l’origine de la nourriture des animaux.

Au-delà de cette alimentation animale, le « Grass-Fed » prend en compte l’impact des élevages sur l’environnement. C’est l’exemple de l’agriculture régénératrice qui propose des pratiques agricoles pour restaurer les sols dégradés par les plantations et les récoltes des cultures. En nourrissant des bovins, par exemple, sur ce type de terres, cela permet de nourrir les sols via le fumier et les restes de fourrage, fournissant ainsi un engrais naturel.

Vous souhaitez aller plus loin sur ce sujet, contactez-nous !

pj bw233 grassm p 20140729174717 - Le nouveau mot-clé pour la consommation de viande de qualité : le "Grass-Fed"