kantong plastik bakal kena cukai - Doit-on bannir tous les plastiques ?

Ce qui devait être salué comme un produit miracle lorsqu’il est devenu populaire dans les années 50 est maintenant un cauchemar environnemental.

Aujourd’hui, nous sommes « tous » conscients des inconvénients de la culture de la commodité du plastique.

Mais tous les plastiques semblent maintenant être devenus des boucs émissaires pour tout ce qui ne va pas dans le monde, alors que parfois le plastique peut avoir du bon.

Le plastique a parfois du bon…

Sur le plan alimentaire, le plastique garde les aliments frais et abordables et aide à résoudre le problème du gaspillage alimentaire. Expédier des aliments en plastique coûte moins cher et utilise moins de ressources que de les envoyer dans du verre.

Cependant, de nombreux aliments sont emballés dans des quantités inutiles de plastique. Il n’ y a aucun doute sur le fait que cela doit changer.

Le plastique à usage unique évitable : le vrai coupable

Il est indéniable que tout a chacun doit réduire considérablement, voir bannir sa dépendance à l’égard des plastiques à usage unique.

Bouteilles en plastique, pailles, agitateurs de boissons, tasses à café et sacs à provisions. Ce sont toutes de mauvaises nouvelles et de nombreuses alternatives réutilisables sont maintenant disponibles.

Les alternatives au plastique ne sont pas toujours synonymes de perfection !

Exiger un monde sans plastique ne fera que pousser le problème ailleurs. Et parfois, les alternatives sont pires.

Par exemple, le verre est lourd et nécessite plus de ressources pour être expédié. Cela peut aussi être une perte de temps – si le verre se brise dans la chaîne alimentaire ou sur une chaîne de production, il faut tout mettre au rebut. Il est également très coûteux de recycler.

Les métaux tels que l’étain et l’aluminium sont plus légers. Mais ils doivent encore être exploités et le monde ne dispose que de ressources limitées. De plus, de nombreux métaux s’oxydent au fil du temps, ce qui peut entraîner des problèmes de contamination.

Le bambou est une excellente alternative naturelle aux gobelets en plastique, aux pailles, aux couverts et aux assiettes mais il vient souvent de très loin…

Les plastiques biodégradables ou compostables sont une bonne alternative.

Cependant, pour qu’ils se dégradent, ils doivent être placés dans une installation de compostage industriel. De plus, certains plastiques biodégradables se sont révélés loin d’être biodégradables.

Ensuite, il y a les sacs en tissus. Le coton nécessite plus d’eau et d’énergie pour être produit que le plastique utilisé pour fabriquer les sacs. Les sacs en papier ne font pas beaucoup mieux non plus. Les sacs en papier consomment quatre fois plus d’énergie et génèrent plus de polluants de l’air et de l’eau que les sacs en plastique.

Cependant le papier et le coton sont fabriqués à partir de sources renouvelables et constituent de meilleures options. Ils nuisent également moins à l’environnement lorsqu’ils tombent en décharge.

Bannir tous les plastiques n’est donc pas la solution notamment dans le médical où il est parfois vital. Réduire sans plus attendre et considérablement jusqu’à supprimer ceux à usage uniques et inutiles tout en considérant le problème dans sa globalité est certainement le chemin.

Donnez votre avis sur cette information !