Ils sont des acteurs  référents de l’innovation alimentaire et partagent avec nous leur vision des facteurs clés de réussite pour développer une entreprise, une marque et ses produits.
cook innov - Témoignages :  quels sont les facteurs clés de réussite d’une entreprise alimentaire ?
« Une bonne équipe motivée et soudée, des cadres aux ouvriers. Un fort réseau de compétences dès le début de l’aventure. Et l’écoute et la prise en compte des remarques des premiers clients. »
Laure Vidal, Fondatrice de Il était un fruit
« Nous avons en France une culture de l’alimentation exceptionnelle et diverse. Nos réseaux institutionnels de formation (écoles, universités…) et d’accompagnement (recherche, pôle de compétitivité…) sont de tout premier ordre avec une belle dynamique autour de l’innovation. Tout ce terreau fertile permet à l’entrepreneur d’initier son projet dans un écosystème favorable. Ensuite, pour réussir, il fallait accélérer la transformation de l’idée en projet et en entreprise. »
Nicolas Ferras, Directeur de InVivo Invest
« Tenir un discours cohérent depuis l’origine, ne jamais transiger avec la qualité et les valeurs, être respectueux avec tous ceux qui nous entourent (fournisseurs, employés, clients, consommateurs), être créatif sans cesse, savoir garder comme plus importante la chose la plus importante, faire confiance,… »
Nicolas Marotte, Directeur Général de innocent drinks
« En premier lieu la compréhension des tendances du marché et des attentes des consommateurs et donc des distributeurs. Oser, remettre en question les modèles en place, et se renouveler en permanence. »
Frédéric Ventre, Co-fondateur de Yooji
« Les fondateurs sont le premier pilier de la réussite. Vous l’aurez compris, les facteurs clés de réussite d’une jeune entreprise ou d’une entreprise sont les mêmes : l’humain, l’humain, l’humain. »
Charles Dorémus, Directeur Général Adjoint de Boco
« Coté marque, ceux qui réconcilient le plaisir et la santé. Côté tech, ceux qui développent des outils et plateformes permettant au plus grand nombre d’accéder par divers business model à une alimentation de qualité. Coté fournisseurs, ceux qui sont capables de fournir des produits bruts naturels sans traitement chimique et des semi-finis sans sucre blanc et autre additif. »
Marjorie Fourcade, Fondatrice de Foucade Paris
« Pour moi, ces facteurs clés de réussite restent très simples : le plaisir, en particulier en France, la praticité (que ce soient des produits nomades, des produits faciles à cuisiner ou à utiliser), et la « santé ». »
Cécile Château, Directrice du marketing et du category management du Groupe BEL
« En mettant de côté les facteurs inhérents au projet (idée, timing, business model, etc…), je pense que la première chose à faire quand on se lance est de se faire accompagner, que ce soit par un incubateur, un programme d’accélération ou même seulement de se rendre dans un espace de coworking. »
Clément Lakhal, Fondateur de La Criqueterie
« Nous pensons qu’il est essentiel d’être à la fois convaincu de son projet et convainquant pour emmener tout le monde dans son aventure. Il faut y croire et être déterminer. La motivation est une des clés. »
Coralie Honajzer, Co-fondatrice de Chiche
« La persévérance, sans aucun doute. Un autre point décisif est la culture du win/win : tout le monde gagnant. »
Tristan Laffontas, Co-fondateur de MoiChef
« La réponse à un besoin : le consommateur souhaite se reconnecter à son assiette. Sans oublier le plaisir de manger. La bonne entente et la complémentarité de compétences entre les associés. La passion : nous avons toujours les yeux qui brillent lorsque nous parlons de notre entreprise, de ses valeurs. Nous croyons très fort en notre modèle. La ténacité, la rigueur et le travail bien sûr ! »
Elodie Germain, Co-fondatrice de Les 3 Chouettes
« Les facteurs clés de succès : croire à l’intelligence collective. Ainsi, l’innovation n’est plus uniquement portée par l’interne, elle est co-élaborée, challengée et augmentée avec les acteurs de la chaine de valeur. »
David Garbous, Directeur Marketing Stratégique de Fleury Michon
« Le financement d’abord. Emerger sur le marché de l’agroalimentaire sans budget c’est très compliqué. On a la chance d’être en France, d’avoir des organismes prêts à aider, de pouvoir profiter de subventions, de prêts d’honneurs etc. mais il faut également savoir trouver les bons partenaires privés. »
Arthur Combette, Co-fondateur de Robeart & Co
« La passion ! Elle permet d’une part d’être axé, d’avoir une ligne directrice forte, d’autre part de faire ce qui parait impossible et enfin de persévérer alors que beaucoup auraient déjà renoncé. Pour travailler dans la food et a fortiori la gastronomie, il faut avoir le feu sacré, le petit supplément d’âme qui fait toute la différence. »
Alain Coutant, Fondateur d’Honly
« D’abord, l’acharnement. Il ne faut jamais baisser les bras, car rien ne se passe jamais comme prévu et les début sont toujours difficiles. Ensuite bien s’entourer, que ce soit avec des cofondateurs, des investisseurs, des mentors, ou même des partenaires (fournisseurs, clients…). Enfin, évidemment, innover et apporter une proposition de valeur qui n’existe pas sur le marché. »
Damien Binois, Fondateur de Nossa!
« Prendre des risques évidemment, ne pas attendre de faire du chiffre d’affaires avant d’avoir de l’ambition. Pensez haut tout de suite. S’attacher, non pas au produit ou à la technologie aussi passionnants soient-ils, mais à l’attente réelle des clients et des cibles, même quand elle est formulée de manière implicite ou partielle. Enfin, s’entourer de personnalités positives, déterminées à gagner. Dans cette nouvelle vie, on se bat sur tout, on affronte souvent des refus, mais on s’adapte, on repart, on n’abandonne jamais. Etre toujours convaincu qu’on va finir par y arriver, que ça va décoller le mois prochain. »
Vincent Péquignot, Fondateur de C’TropFood
« Je pense que le facteur clé est l’envie ! L’envie de créer, l’envie de faire un produit qui plait, l’envie d’emmener les clients dans l’univers de la marque, dans la mission de l’entreprise, dans son aventure… L’autre facteur clé est selon moi, l’environnement. Il faut savoir s’entourer de structures d’accompagnement et de financement pour réussir. Seul, on y arrive difficilement, je pense. »
Lucie Jamen, Fondatrice de Kissala
« Product, product, product ! C’est ce que tout le monde dit, et c’est probablement le facteur le plus important. Mais c’est comme tout dans la vie : c’est une somme de plein de petits détails qui fait que ça marche. Bien communiquer auprès de nos consommateurs, une équipe qui s’entend bien et qui a les compétences adaptées au challenge, le timing du marché, bien s’entourer, bien se financer. »
Sébastien Worms, Co-Fondateur de Vitaline
« L’exécution. Une idée ne vaut absolument rien seule. La seule chose qui vaille c’est la bonne exécution sur l’ensemble de la chaine de valeur avec les bonnes personnes. De la production à la distribution/commercialisation, décortiquer la marge et le fonctionnement et avec qui le faire si cela n’est pas le cœur de métier. »
Pascaline Bertaux, Fondatrice Enju
« L’écoute des clients. Bien sûr, la capacité à agir et à faire naître des projets, la persévérance, le sens des priorités sont clés, mais tant que l’on n’a pas parfaitement visualisé l’expérience client réelle et comment notre produit ou service y contribue, on a encore beaucoup de chemin ! »
Christopher Lemoine, Co-fondateur de La Grande Dinette
« Avant toute chose je pense qu’il s’agit d’une équipe. Une équipe qui partage une envie, des valeurs, qui est engagée pour faire avancer les choses, affronter les difficultés et savourer les victoires. Ensuite il me semble que c’est une histoire de connexion. Une connexion aux clients, au marché, à la société, pour toujours proposer un service qui apporte une valeur ajoutée. »
Pierre Pointard, Co-fondateur de Rutabago
« En général, il faut croire en soi et en son projet plus que les autres. Savoir bien s’entourer est primordial, à commencer par un ou plusieurs cofondateurs, mais aussi des mentors qui permettent de prendre de la hauteur. Et enfin savoir écouter ses clients, ses fournisseurs et savoir leur répondre est indispensable. Leurs critiques font mal mais permettent d’avancer à condition de savoir se remettre en cause et de savoir prioriser les chantiers d’amélioration. »
Philippe Caumont, Co-fondateur de La Cigogne
« La complémentarité de notre association est un point clef car il faut appréhender une certaine complexité : marketing, commerciale, juridique, institutionnelles, production,… tous ces paramètres imposent de faire tout de suite les bons choix. L’engagement est un autre facteur clef car l’intégration des enjeux RSE est synonyme de performance pour l’entreprise de demain. L’humain est la carte maîtresse de la réussite et il mobilise une grande part de notre attention. »
Nicolas Crabot, Co-fondateur de Atelier sarrasin
« Le premier facteur clé de succès pour notre Maison est d’apporter toujours le meilleur à ses consommateurs. »
Bettina Aurbach, Directrice Générale de Albert Ménès
Retrouvez l’ensemble des interviews complets