kolectou 150x150 - Interview de Noémie Gourtay, Co-Fondatrice de KolectouNoémie Gourtay, Co-Fondatrice de Kolectou, pouvez-vous nous décrire votre parcours et votre projet ?
Emma Mairel et moi sommes toutes les deux issues d’une formation d’ingénieur en agroalimentaire. Après le BAC, nous avons intégré l’école AGROCAMPUS OUEST à Rennes, qui offre aux étudiants la possibilité de devenir des spécialistes du secteurs, avec des compétences en industrie, génie des procédés, marketing et innovation …
L’idée de KOLECTOU est partie d’un constat très simple : plus d’un tiers des denrées alimentaires que nous produisons est aujourd’hui perdu.
Nous nous sommes particulièrement intéressées au pain, symbole emblématique et considéré comme l’indispensable du repas ! En revanche, c’est également un aliment largement gaspillé, et ce à tous les niveaux de la chaîne alimentaire.
C’est dans le cadre d’un de nos modules de formation que nous avons donc eu l’idée de développer un produit alimentaire gourmand et anti-gaspi, qui permette de donner une seconde vie aux invendus de pain des distributeurs et industriels français.
En créant une aide culinaire, nous voulions également porter un message de sensibilisation au consommateur, en lui donnant la possibilité d’agir lui-même contre le gaspillage, tout cela simplement et en se faisant plaisir.
Ayant terminé nos études d’ici les prochains mois, et après 2 ans de travail à temps partagé entre nos études et le projet, nous avons aujourd’hui décidé de nous lancer dans l’aventure entrepreneuriale !
produit 14 - Interview de Noémie Gourtay, Co-Fondatrice de Kolectou
Selon vous, quels sont les futurs acteurs de l’innovation alimentaire en France ?
Aujourd’hui, les enjeux de l’agroalimentaire ne sont plus du tout les mêmes qu’il y a quelques années.
De nouvelles problématiques ont émergé telles que le respect de l’environnement et l’utilisation raisonnée de nos ressources, mais aussi des enjeux sociétaux avec le développement de l’économie collaborative par exemple.
Les futurs acteurs du marché sont ceux qui auront su intégrer ces thématiques dans leur stratégie de développement.
Un autre point clé est finalement de réussir à appréhender les attentes des consommateurs et répondre aux nouveaux modes de consommation : les nouveaux régimes alimentaires, la localité des matières premières, le nomadisme, le développement du digital,…
Quels sont les facteurs clés de réussite d’une jeune entreprise comme la vôtre ?
Un facteur de réussite pour une entreprise comme KOLECTOU est avant tout notre réseau.
La base de notre activité est construite sur la collaboration entre les différents acteurs de la chaîne alimentaire.
Il est donc primordial pour nous de créer une relation de confiance avec les industriels, les distributeurs et tous nos futurs potentiels partenaires, afin de comprendre les pertes de pain qu’ils génèrent et leur proposer une solution adaptée.
Un enjeu est également notre communication : nous souhaitons que le consommateur comprenne et adhère à notre concept, afin de le sensibiliser et qu’il se familiarise petit à petit avec des notions telles que l’économie circulaire et l’anti-gaspi.
Avant tout cela, il est bien évidemment essentiel pour nous d’obtenir le soutien des différents acteurs locaux – telles que les collectivités par exemple-, afin que notre projet puisse voir le jour et se développer.
Pour finir, notre réussite sera le reflet de la relation que nous aurons construite ensemble et du travail fourni dans le but de donner du sens à ce premier démarrage dans la vie professionnelle.
Nous sommes toutes les deux animées par l’envie d’apprendre et le besoin d’engagement pour participer à construire les nouvelles bases de la société de demain.
A part le produit TADAAM !, quelle innovation alimentaire auriez-vous aimé inventer ?
Les innovation alimentaires dont l’emballage a été pensé de façon à complètement révolutionner l’usage du produit sont tout à fait inspirants !
Aujourd’hui, certains débordent d’imagination et d’ingéniosité pour proposer aux consommateurs toujours plus de solutions innovantes en accord avec nos nouveaux besoins: emballages comestibles, entièrement biodégradables, ou encore matériaux intelligents,…
Le packaging n’est plus seulement perçu comme un moyen de transporter et protéger le produit, mais comme un élément à part entière de celui-ci.
Plus d’informations sur www.ecotrophelia.org