iStock 486034977 1024x634 - L'industrie agro-alimentaire, un Titanic face à l'iceberg

Quand nous avons commencé à échanger avec les acteurs de l’agro-alimentaire en 2015, une de nos convictions était que des « gros industriels allaient mourir ou péricliter rapidement » face à des changements révolutionnaire de comportement des consommateurs et l’arrivée de nouveaux acteurs plus agiles.

A l’instar de ce qu’il s’était passé dans les années 2000 avec la disparition de Kodak ou encore dernièrement avec la fin de Thomas Cook, nous sommes persuadés que des grands groupes vont connaître, dans les années à venir, le syndrome du Titanic, à savoir voir l’iceberg grandir mais être incapable de dévier sa trajectoire avec la collision fatale.

C’est le cas, aujourd’hui, de la marque Kraft Heinz qui vient d’annoncer, en seulement neuf mois, une perte de 15 milliards de dollars. Leurs produits, dont l’iconique ketchup, ne plaisent plus aux consommateurs et la marque paye chèrement son immobilisme.

Selon le média Novetich : les goûts des consommateurs ont changé. Les produits alimentaires trop transformés, caloriques ou gras, dont le ketchup est l’incarnation parfaite, n’ont plus la cote. « J’ai longtemps vécu dans un monde confortable de vieilles marques à gros volumes », a reconnu le cofondateur de 3G Capital, un des investisseur principal. « Nous les achetions en pensant qu’elles dureraient toujours, il suffisait de se concentrer sur l’efficacité de notre gestion… Et puis, tout à coup, nous voilà disruptés ».

Alors comment encore éviter l’iceberg ?

Plusieurs solutions existent pour les industries agro-alimentaires à partir du moment où elles accepteront de sortir de leur zone de confort et adopteront des méthodes d’innovations plus agiles et plus efficaces comme le Happyfeed Factory©.

Donnez votre avis sur cette information !