Unknown - L’huile d’olive de France : vers un avenir radieux ?

Après des années de fluctuations très marquées, avec des baisses très conséquentes, la production oléicole française connaît une deuxième belle année de récolte !

Petit à petit, les producteurs rangent leur matériel de récolte, les mouliniers nettoient et rangent le moulin en attendant la prochaine récolte. Quasiment tous les départements ont terminé la récolte (à l’exception des Alpes-Maritimes et de la Corse) et la quasi totalité des olives est rentrée dans les moulins.

Les huiles d’olive sont dans les cuves en attendant d’être embouteillées et vendues aux gourmets et gastronomes qui attendent ces huiles nouvelles avec impatience.

La récolte est plus importante qu’attendue. En effet, les rendements du début de campagne étaient très faibles. Les professionnels réunis au sein du Conseil d’Administration de l’Association Française Interprofessionnelle de l’Olive, ont révisé ces prévisions, ce sont finalement 5 600 tonnes environ qui sont aujourd’hui dans les cuves des moulins et des domaines français.

Une belle année donc malgré des difficultés. En effet, la floraison tardive a entraîné un ensoleillement des olives insuffisant ce qui est un handicap pour la lipogénèse (production d’huile dans l’olive). Les rendements en huile ont donc été généralement en- dessous de la moyenne. Ce manque d’huile dans l’olive a été heureusement, en partie, compensé par une grosse production d’olives.

Si on regarde plus en détail, la région Sud prévoit une production de 3 600 tonnes dont 2 000 tonnes dans les Bouches-du-Rhône ; l’Occitanie, 1 210 tonnes dont 750 tonnes dans le Gard ; la région Auvergne- Rhône-Alpes, 750 tonnes dont 600 tonnes dans la Drôme. Environ un quart de la production devrait être classée en Appellation d’Origine Protégée ou Contrôlée.

Avec plus 80 % de l’huile d’olive produite en vierge extra et 20 % en huile d’olive maturée, la qualité est encore au rendez-vous cette année. Compte tenu du manque d’ensoleillement, les huiles d’olive seront, de manière générale, plus douces, moins herbacées, les arômes de fruits (notamment fruits secs) devraient être plus développés. Toutefois, compte tenu du grand nombre de variétés françaises et de l’impact des terroirs sur les goûts des huiles d’olive, la diversité des goûts devrait être une nouvelle fois au rendez-vous !

Côté olives, la production devrait dépasser les 1 200 tonnes dont la moitié produite dans la Drôme (olives noires de Nyons).

Malgré cette belle année, la production française ne représentant qu’à peine 4% de l’huile d’olive consommée en France. C’est donc un produit plutôt confidentiel, que l’on trouve principalement auprès des producteurs et des moulins (liste sur www.huiles-et-olives.fr) mais aussi dans quelques belles adresses comme les bonnes épiceries fines !

N’hésitez pas à aller découvrir ces lieux souvent chargés d’histoire et hautement patrimoniaux, ces familles qui se sont transmises le virus de l’oléiculture de génération en génération et qui ont la passion de l’olivier chevillée au corps !

Plus d’information sur www.huiles-et-olives.Fr

Capture d’écran 2019 02 08 à 08.14.30 - L’huile d’olive de France : vers un avenir radieux ?

Donnez votre avis sur cette information !