SebLoctin 150x150 - Interview Sébastien Loctin, Biofuture (Quintesens), membre de la Communauté Pour nourrir demainSébastien Loctin, fondateur de Biofuture (Quintesens), pouvez-vous nous décrire votre parcours et votre poste actuel ?

Lyonnais d’origine, j’ai grandi dans une famille de cuisiniers et de traiteurs. Ca développe le sens du goût et des produits vrais.

Après un parcours scolaire assez classique, j’ai naturellement choisi d’intégrer un poste où je pourrais m’investir sur des projets alimentaires. J’ai ainsi passé 15 ans dans de grands groupes agro-industriels sur des fonctions marketing et commerciales.

Gérer des marques prestigieuses flattait mon égo. Quel bonheur de voir « mes » marques dans le placard de tous mes amis. La notoriété des marques et le prestige de la fonction occultaient l’essentiel. J’évitais de me poser la question du sens.

L’arrivée de mes enfants a été un électrochoc. J’ai été envahi d’une responsabilité nouvelle. J’ai réalisé l’absurdité et surtout la dangerosité du modèle que je cautionnais.

Mes enfants m’ont donné l’énergie de tout plaquer pour imaginer une offre alimentaire dont ils seraient fiers.

Il y a 10 ans j’ai créé Biofuture. Il y 8 ans je lançais la marque Quintesens avec la ferme intention de revisiter les produits de notre quotidien pour en proposer des versions « Clean Label ».

Capture d’écran 2020 06 28 à 11.33.09 - Interview Sébastien Loctin, Biofuture (Quintesens), membre de la Communauté Pour nourrir demain

Pourquoi avoir décidé de rejoindre la Communauté Pour nourrir demain ?

Nos choix alimentaires ont un impact sur notre santé, sur notre environnement, sur notre modèle de société. L’enjeu nous dépasse au point que nourrir les gens devient une responsabilité qui ne peut supporter aucun compromis.

Quand vous interrogez les décideurs, aucun ne rêve pour ses enfants d’une alimentation ultra-transformée, pleine de pesticides, d’additifs, de sucre, de sel… aucun n’affirmera que le plastique c’est fantastique ou qu’importer ses matières premières de Chine ou du Brésil est un choix responsable.

Pire encore, tout le monde est convaincu que le modèle alimentaire actuel est à bout de souffle. Qu’il affecte notre santé, et détruit nos éco-systèmes.

Bref, tout le monde est d’accord sur le constat mais au final rien ne bouge vraiment. Derrière les belles déclarations, la majorité des décideurs continuent à se persuader qu’il est impossible de changer radicalement. Prisonniers de leur P&L, de leurs actionnaires, de leur modèle, de leur sécurité individuelle… ils passent plus de temps à se justifier qu’à engager leur révolution.

Il y a 15 ans, je partageais ces croyances. Cela m’apparaissait impossible, prisonnier des mêmes schémas et d’un réel confort financier. J’avais tort. C’est difficile mais c’est possible.

J’ai intégré la Communauté Pour nourrir demain afin de témoigner et montrer que nous n’avons pour limites que celles que nous nous fixons. Qu’il est possible d’écrire une nouvelle histoire, de nous mêmes, avant que la planète ne nous l’impose.

Quels seraient les trois conseils que vous donneriez aux français pour leur alimentation de demain ?

Je suis convaincu comme le disait Einstein que « le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire ».

Nous devons donc avoir la conviction que nos choix individuels peuvent collectivement changer la donne ! Notre carte bleu est un bulletin de vote ! Utilisons ce pouvoir.

Mes conseils tiennent en 3 mots : exigence, transparence et confiance.

Tout d’abord soyons exigeants. Le débat du Bio n’en est plus un, ça doit être la norme. Les pesticides et les additifs n’ont plus rien à faire dans nos assiettes ! Privilégions les produits clean d’un point de vue nutritionnel et soutenons une agriculture Française ! Bio, sain et Français est un cahier des charges plein de bon sens.

Ensuite, prenons le temps de cuisiner davantage. Le confinement a réconcilié beaucoup de Français avec la cuisine maison ! C’est parfois aussi simple et tellement meilleur qu’un plat préparé industriel.

Enfin, j’appelle à sanctionner les marques qui ont trahi notre confiance pendant 50 ans. Soyons cohérent. Si un ami vous trahit pendant 50 ans, continuerez-vous à lui accorder votre confiance ? J’en doute.

Il en va de même avec de nombreuses marques. Tant qu’elles n’auront pas opéré un changement radical, elles n’ont plus rien à faire dans nos placards. Cela permettra en outre de soutenir des centaines de PME Françaises engagées qui font un travail remarquable en défendant une vision positive et durable de l’alimentation.

Plus d’informations sur www.quintesens-bio.com

Donnez votre avis sur cette information !