AAEAAQAAAAAAAAcyAAAAJGIyODYyZjI4LWQxYjEtNDg4NS05OWI4LThhYWUxZTFkNjhiMQ 150x150 - Interview Marc du Garreau, Co-Fondateur de Meat MeMarc du Garreau, Co-Fondateur de Meat Me, pouvez-vous nous décrire votre parcours et votre société ?
Thomas Mossino et moi avons tous les deux suivi une formation en école de commerce pour apprendre à gérer une entreprise.
Nous avons créé Meat Me il y a deux ans, en juin 2015.
Après avoir découvert le biltong en Afrique du Sud, une viande marinée et séchée dont raffolent les sudafricains, nous avons travaillé un an sur le projet avant de créer l’entreprise.
Nous avons élaboré, notamment en limousin, une recette adaptée au gout des français : plus tendre, moins salée et moins épicée. Le but était de créer une recette qui plaît, en rendant l’apéritif plus gourmand ET plus sain.
Le produit a rapidement plu grâce à son originalité gustative (réalisé à partir de boeuf Aberdeen Angus mariné), ses propriétés nutritionnelles (moins de 5% de matières grasses plus de 45% de protéines) et son côté différenciant (inexistant en France).
Vous nous trouverez dans de nombreuses épiceries fines en France et en Belgique principalement.
biltong meat me - Interview Marc du Garreau, Co-Fondateur de Meat Me
Selon vous, quels sont les futurs acteurs de l’innovation alimentaire en France ?
Pour nous, les futurs acteurs de l’innovation alimentaire sont tous ceux qui élaborent du bon à partir de produits naturels et locaux.
Cela implique de revoir et repenser la façon de s’approvisionner, de transformer les aliments puis de les conserver. Dans toute l’industrie agroalimentaire, l’enjeu est là : la transparence va être peu à peu de mise, les conservateurs et ingrédients indéchiffrables vont devoir disparaitre.
Je pense d’ailleurs que ces nouveaux acteurs ont quelques choses de bénéfique pour toute cette industrie en la faisant évoluer dans le bon sens.
Quels sont les facteurs clés de réussite d’une entreprise comme la vôtre ?
Notre réussite résidera principalement dans notre capacité à proposer des produits de grande qualité et notre adaptation. C’est pour cela que
nous travaillons avec les ingrédients les plus nobles.
Nous pensons que le contrôle de son réseau de distribution comme de ses outils de production permet une grande flexibilité. Cela permet d’un côté d’être à l’écoute constante des remarques de nos clients et consommateurs et de l’autre de nous y adapter au niveau produit.
A titre personnel, quelle autre innovation alimentaire auriez-vous aimé inventer ?
J’aurai adoré inventer le fenalar, un gigot d’agneau affiné plusieurs mois dans les fjords norvégiens.
Quand on le fait gouter en France, chaque personne a l’impression de découvrir un nouveau goût.
Le produit est si surprenant et si raffiné que j’aurai adoré en être l’inventeur.
Plus d’informations sur www.meat-me.fr