195ae14 150x150 - Interview de Stephen Leguillon, CEO de La Belle AssietteStephen Leguillon, CEO de La Belle Assiette, pouvez-vous nous décrire votre parcours et votre société ?
Mon parcours dans l’innovation alimentaire a débuté lorsque j’ai fondé Appetise.com en 2008 au Royaume-Uni, un site de commande de ligne de livraison de plats de restaurants.
J’ai développé cette société pendant 3 ans. Suite à sa revente, j’ai travaillé à Londres en finance avant de retourner vivre à Paris.
J’ai ensuite créé La Belle Assiette avec Giorgio Riccò.
Notre service vous permet de recevoir des convives pour dîner chez vous, sans vous soucier de la logistique !
Nous avons lancé le site www.labelleassiette.fr en 2013, sur lequel vous pouvez réserver un chef à domicile.
Le chef apportera les ingrédients du menu que vous avez sélectionné, il préparera le repas dans votre cuisine, s’occupera du service à table (comme au restaurant) et du rangement de la cuisine avant de partir.
Le service de La Belle Assiette est maintenant disponible dans 5 pays et nous travaillons avec plus de 800 chefs validés par nos équipes.
Selon vous, quels sont les futurs acteurs de l’innovation alimentaire en France ?
L’innovation s’opère sur toute la chaîne de valeur alimentaire. Je pense que tout est à réinventer et est déjà en cours de changement.
Tout au début de la chaîne, nous voyons une vraie crise de l’agriculture en France.
Le secteur devra innover ses modèles de production, de distribution et économique pour sortir de cette crise.
Je n’identifie pas d’acteurs à ce stade, mais cela représente une opportunité phénoménale.
Au même niveau de la chaîne de valeur, celui de la  production, des entreprises comme Agricool sont précurseurs sur de nouveaux modèles.
En distribution, la commande en ligne et les circuits plus courts seront le système de demain.
Les avancées d’Amazon sur ce segment sont impressionnantes, mais l’on voit aussi des acteurs comme Franprix pousser le changement.
Mais il faudra réduire les intermédiaires.
C’est ce que le consommateur souhaite : un modèle comme La Ruche Qui Dit Oui reste l’acteur « historique » de cette innovation qui j’espère nous étonnera.
Enfin, en consommation à domicile, tous les segments changent rapidement.
Cela prendra du temps car l’élasticité des prix est importante – les prix des nouveaux modèles sont encore trop élevés.
Mais la transformation est évidente. Par exemple, le modèle alimentaire qui consiste à  acheter des ingrédients que l’on va ensuite cuisiner, sera transformé par des modèles comme BlueApron, CookAngels ou HelloFresh.
La restauration rapide du coin ou le plat préparé seront transformés par Frichti ou Deliveroo.
Pour rester compétitifs, les restaurants devront créer une expérience pour les clients qu’ils ne pourront pas reproduire chez eux facilement avec une livraison.
Ils pourront dès lors facturer le prix nécessaire pour couvrir leurs coûts qui sont très élevés et donc survivre.
Enfin, recevoir des invités chez soi est une expérience en pleine évolution, avec La Belle Assiette.
Nous permettons aux hôtes de profiter de leurs convives en laissant un professionnel gérer la logistique !
Quels sont les facteurs clés de réussite d’une jeune entreprise comme la vôtre ?
Un facteur clé de réussite est de nous assurer que la valeur que nous créons pour nos clients soit assez importante pour justifier d’un prix assez élevé permettant d’avoir modèle rentable.
Dans l’alimentaire, le prix est un élément important pour le client, d’autant qu’il peut très facilement comparer les offres.
Si la valeur ajoutée de son service n’est pas forte, le client ne consommera pas.
Cependant, les coûts des entreprises de notre secteur sont élevés et les marchés compétitifs. Les prix sont tirés vers le bas.
Il faut donc nous concentrer sur cet équilibre et son pricing.
Ensuite, il faut savoir trouver le financement pour investir une fois le modèle prouvé.
En alimentaire, c’est souvent le volume qui permettra la viabilité du modèle.
La vitesse d’atteinte de ce volume nécessite souvent de l’investissement.
Si la jeune entreprise passe trop longtemps sans réaliser un grand volume, elle n’aura certainement jamais l’occasion de montrer son potentiel.
A part votre start-up, quelle innovation alimentaire auriez-vous aimé inventer ?
Alkemics !
Plus d’informations labelleassiette.fr/chef-a-domicile

Aucun champ trouvé.