MV photo2 150x150 - Interview de Michaël Vasseur, co-fondateur de InnateMichaël Vasseur, co-fondateur de Innate, pouvez-vous nous décrire votre parcours et votre société ?

2010, Master Marketing en poche, je lance ma carrière professionnelle en tant que Freelance en agences de communication. J’ai le plaisir d’accompagner de belles marques dans leurs transformations digitales et pilote leurs campagnes de Marketing alternatif. Hertz, Lancôme, Diesel, Armani notamment.

C’est en 2011 que je fais pour la première fois connaissance avec le monde de la boisson. J’interviens en mission pour le compte d’une start-up guadeloupéenne, Kanasao SAS, à l’époque impliquée dans la commercialisation du premier jus de canne fraîchement pressé au monde. C’est le coup de foudre avec les fondateurs Frédéric Loret et Moïse Augis, le produit et le challenge qui m’est proposé, à savoir prendre des parts dans la société et piloter la distribution en Europe et aux Etats-Unis. 

En 2014, la société fait rentrer de nouveaux actionnaires, le cap change. J’estime qu’il est tant de faire mon propre chemin et me lance dans le projet de création d’une marque de boisson fonctionnelle d’un nouveau genre. C’est ainsi que naissent les premières ébauches de ce que deviendra Innate – Organic infused water.

Je ne pouvais être seul dans cette aventure ! Antoine Bertheux et Aparajit Parthasarathy me rejoignent dans ce projet, tous deux anciens collègues consultants. L’expérimenté Patrick Picchi, ami d’Antoine, nous suit dans le projet et tous les quatre, nous fondons la société F&F Beverages en avril 2017. 

F&F Beverages a dès lors pour vocation la distribution de snacks et boissons sains, bio et innovants. 

Tête d’affiche de notre catalogue, les boissons Innate, sont conçues à partir d’eau de source infusée aux super fruits et à la sève de bouleau.

Sources d’antioxydants, peu caloriques, certifiées bio elles ont été développées pour offrir à la fois une alternatives aux sodas, eaux et contenants traditionnels.

Innate se veut avant tout responsable, en accord avec les valeurs de solidarité et d’éco-responsabilité de ses fondateurs.

Nous sommes désormais présents dans 8 pays et espérons démocratiser nos produits au plus grand nombre !

Selon vous, quels sont les futurs acteurs de l’innovation alimentaire en France ?

En France, nous avons l’habitude en matière d’alimentation d’être plus suiveurs que précurseurs. Il suffit donc d’observer vers où se porte la croissance en Europe et aux Etats-Unis pour comprendre où va notre alimentation de demain ! 

À mon sens, les acteurs impliqués dans la transformation vers des packagings plus éco-responsables porteront l’innovation. 

Nous en faisons partie avec Innate, puisque notre packaging est fait de 50% de matériaux recyclés et est 100% recyclable. Il dispose aussi d’une empreinte carbone inférieure à 60% aux autres contenant de type PET et aluminium. Mais il existe d’autres innovations, du packaging biodégradable, en fibre de bois compostable, en fibre de canne à sucre… Tout nous porte demain vers moins d’emballage et sur-emballage. Peut-être avez-vous entendu parler du premier supermarché sans plastique ou du fait que Pepsi passe ses eaux à l’horizon 2020 en canettes ?

Une autre tendance source d’innovation nous emmène vers la quête de naturalité et la démocratisation d’ingrédients possédant des bienfaits pour la santé. Le bio explose partout en Europe, le veganisme n’est plus une simple niche (que dire des végétariens ?), les consommateurs recherchent un maximum de transparence et des produits sources d’apports nutritifs de qualité. Le principe des super-aliments ou super-fruits est emblématique des opportunités d’innovation inexplorées dont la nature regorge ! Un exemple, la cascara (que peu connaissent !), c’est la pellicule qui enveloppe les graines de café. Des millions de tonnes de cascara sont jetées chaque jour par les industriels. Il est en réalité possible de la consommer en infusion ! Ces baies disposent de l’équivalent d’1/3 de la caféine contenue dans un espresso et est plus riche en antioxydants que la baie d’açaì. Et c’est délicieux paraît-il.

La recherche d’édulcorants naturels sont aussi moteurs d’innovation. Il existe chez beaucoup de consommateurs la quête d’un indice glycémique bas si ce n’est 0 tout en conservant le plaisir de consommer sucré. De nouvelles alternatives naturelles comme la stévia sont démocratisées, mais moins connue le sucre de coco est tout aussi efficace. Et sans arrière goût.

Chez Innate nous avons choisi de le limiter sans l’abolir. 

L’innovation peut aussi être technologique comme de nouvelles méthodes de préservation des aliments. Type Haute-Pression, micro-filtration, flash pasteurization…

Peut-être que de nouvelles technologies et méthodes encore inconnues sont en cours de développement en centres R&D ! 

Enfin je dirais que l’innovation alimentaire n’est pas simplement dans l’assiette, mais aussi dans l’impact sur la planète et ses habitants. De plus en plus de start-ups s’engagent à contribuer aux financement d’associations, dans un sourcing plus éthique et durable. Avec Innate nous avons par exemple tenu à permettre à des enfants en difficultés, dans le cadre d’un partenariat avec Solidarité International, d’accéder à une consommation d’eau potable en finançant par chaque boisson consommée. Ce n’est qu’un exemple mais il existe de nombreuses initiatives sociales et solidaires. Je crois que l’innovation c’est aussi cela, aller au-delà de l’alimentation pour contribuer à un monde meilleur.

En France et ailleurs, ce terreau d’innovation est porté par des dizaines de start-ups de l’agroalimentaire. Plus agiles elles n’hésitent pas à prendre des risques ! C’est aussi cela l’innovation.

Quels sont les facteurs clés de réussite d’une entreprise comme la vôtre ?

J’en dénombrerai 6 principaux.

1) Disposer d’un produit accessible, suffisamment innovant pour sortir du lot et d’un design attractif vecteur d’émotion.

2) Bien maîtriser son prix en rayon, et comprendre l’environnement marché et les attentes clients. Trop d’innovation reste encore couteuse et donc à diffusion restreinte.

3) Faire la preuve du concept auprès des acteurs majeurs de la distribution. 

Je crois que cela passe par des tests consommateurs concluants à grande échelles, sur plusieurs marchés, des récompensent qui valident la crédibilité du projet, la participation à de nombreux salons pour optimiser les chances de rencontres et disposer de partenaires (distributeurs) déjà bien implantés.

4) L’accession aux sources de financement nécessaires pour faire émerger le produit des rayons. 

Être capable d’investir en communication s’avère primordial. Ne serait-ce qu’en PLV. Mais aussi pour maîtriser les pics de commande, décalages de trésorerie qui en résultent et éviter la rupture de stock. Permettre aux fondateurs de se rémunérer sur la phase de lancement.

5) S’entourer de partenaires industriels de qualité, expérimentés et suffisamment flexibles pour accompagner un lancement.

6) Croire en son innovation, avoir un mental à toute épreuve, ne pas se décourager dans les coups durs (il y en aura forcément), rester fidèle à ses valeurs et savoir compter sur une équipe tout aussi motivée que soi.

A titre personnel, quelle innovation alimentaire auriez-vous aimé inventer ?

Le pain ! Nutritif et délicieux, il a été l’aliment de base de nos sociétés pendant des siècles !

Plus d’informations sur Innate.

Nature - Interview de Michaël Vasseur, co-fondateur de Innate

Donnez votre avis sur cette information !