Un groupe d’investisseurs (représentant plus de 4 milliards de dollars) pense que la taxation de la viande, à l’instar du tabac et du sucre dans de nombreux pays, est inévitable à terme.
Selon FAIRR, un fond d’investissement spécialisé dans l’alimentation, cette taxe pourrait voir le jour dans les 5 à 10 prochaines années sachant que dans certains pays comme le Danemark, l’Allemagne, la Chine ou la Suède, des discussions sont déjà en cours et créent bien sur de nombreuses résistances.
Jeremy Coller, fondateur de FAIRR explique « Si les décideurs politiques doivent couvrir le véritable coût des épidémies humaines comme l’obésité, le diabète et le cancer, et les épidémies de bétail comme la grippe aviaire tout en s’attaquant au double défi du changement climatique et de la résistance aux antibiotiques, la taxation de la viande est inévitable ! »
Selon les projections de la FAO, si l’usage de la protéine végétale reste en état, la consommation mondiale de viande devra augmenter de plus de 70% d’ici 2050 et il n’est donc pas envisageable de continuer ainsi.
Selon Project Drawdown, si tous les bovins représentaient un pays, ils seraient la troisième plus grande nation émettrice de gaz à effet de serre au monde alors que passer à un régime riche en végétaux nous aiderait significativement à atteindre nos objectifs climatiques.
Une taxation que les industries agro-alimentaires liées à la viande devraient prendre en compte dans leurs futures stratégies de développement à l’instar de Tyson Foods qui investit dans de nombreuses start-up de produits végétaux.