Selon une récente étude de Nielsen, la génération Y aussi appelée génération « Millenial » (des consommateurs nés entre 1980 et l’an 2000) revendique une nouvelle forme de collation plus saine et plus en phase avec les enjeux écologiques liés à la préservation de la planête.
Ce militantisme devient un apprentissage auprès de leurs enfants (la Génération Z) car plus de 76% de ces parents échangent et influencent le cercle familial sur cette nouvelle alimentation plus en phase avec la santé de leurs proches.
De plus, cette génération se soucie de plus en plus de ce que mangent leurs rejetons, s’implique dans leurs choix en restauration et surveille de plus en plus activement leurs alimentation hors du foyer (cantine,…), ce qui signifie aussi que les achats alimentaires deviennent, de plus en plus souvent, des décisions entre parents et enfants.
Concernant les collations, les classiques comme les chips et les friandises sucrées ne disparaissent pas mais sont de plus en plus concurrencé par ses solutions plus « healthy » et plus en phase avec les aspirations de ces nouvelles générations de consommateurs.
Avec un marché mondial de 75% de consommateurs qui consomme régulièrement des collations pour remplacer un repas ou pour satisfaire une petite faim entre deux déjeuners, le monde du snacking doit se réinventer et répondre aux nouvelles revendications :

  • La collation doivent être le plus naturelle possible et générer peu d’emballage
  • La collation doit être riche en protéines comme la viande maigre, les légumineux,…
  • La collation doit être « healthy » comme les fruits frais, les légumes à croquer,… pour bannir le sucre et les matières grasses
  • La collation doit être nomade et pratique pour faciliter le choix des parents pour leurs enfants