1594284898954 150x150 - "En évitant le gaspillage alimentaire, nous pourrions nourrir trois fois le nombre de personnes en situation d’insécurité alimentaire" : Jean Moreau, co-fondateur de PhenixJean Moreau, co-fondateur de Phenix, pouvez-vous nous décrire votre parcours et présenter votre société ?

D’origine toulousaine, j’ai fait des études de commerce à l’ESSEC et à Sciences Po Paris puis j’ai travaillé pour la banque d’affaires américaine Merrill Lynch.

Après cinq ans dans la finance, j’ai voulu quitter cette cage dorée pour me consacrer à un métier plus en accord avec mes convictions personnelles : je voulais me mettre au service de l’intérêt général.

Avec Baptiste Corval, mon associé, nous avons fondé Phenix en 2014 avec l’idée de réduire le gaspillage alimentaire grâce à des outils technologiques.

Nous avons commencé en créant une plateforme pour mettre en relation les supermarchés et les associations d’aide alimentaire comme les Restos du Coeur ou le Secours Populaire.

Petit à petit, nous avons ajouté des briques, notamment du conseil en économie circulaire, et plus récemment l’application mobile Phenix, qui permet aux consommateurs engagés de racheter les invendus de leurs commerçants à petits prix.

Parallèlement à mon rôle de CEO chez Phenix, je co-préside le Mouvement Impact France (MIF) avec Eva Sadoun. Ce mouvement a pour but de réunir les entreprises à impact social et environnemental. Nous cherchons à convaincre qu’un autre modèle d’entreprise est possible.

Quels sont les enjeux de la lutte contre le gaspillage alimentaire en France ?

Les enjeux sont multiples et concernent tous les acteurs.

En effet, le gaspillage alimentaire se trouve sur toute la chaîne de valeur, du champ à l’assiette. En 2016, la grande étude de l’ADEME sur le gaspillage a révélé que le consommateur était responsable d’un tiers du gaspillage, suivi de près par le producteur. Vient ensuite l’industriel et enfin, avec moins de 15% du gaspillage, la grande distribution.

C’est pourquoi chez Phenix nous avons une vision holistique et inclusive de la lutte contre le gaspillage alimentaire.

Nous croyons en la multiplication de solutions adaptées à chaque acteur et à la complémentarité de ses solutions. C’est la seule manière de tenir la promesse du zéro déchet et d’atteindre l’ambitieux objectif du gouvernement pour 2025 : réduire le gaspillage de moitié par rapport à son niveau de 2015.

Pour conclure, et ça me tient à cœur, je dirais que l’enjeu n’est pas seulement environnemental : il est aussi social.

Une petite étude menée chez Phenix sur la base des données de l’ADEME indique qu’en revalorisant un tiers des 10 millions de tonnes gaspillées chaque année dans notre pays, on pourrait nourrir trois fois le nombre de personnes en situation d’insécurité alimentaire.

Selon un récent rapport du Sénat, 8 millions de Françaises et Français sont touchés par l’insécurité alimentaire. En connectant ceux qui ont trop avec ceux qui n’ont pas assez on pourrait donc mettre fin à la faim dans l’hexagone. Et bien plus !

Quels conseils pourriez-vous donner aux consommateurs pour les aider dans l’anti-gaspi ?

De façon générale, alors que dans les pays du Sud, le gaspillage se situe plutôt en phase de production, dans les pays du Nord il se concentre plutôt sur le consommateur.

Le nombre de solutions est à la hauteur du problème mais on pourra retenir les suivantes.

D’abord, bien ranger son frigo en y mettant que les aliments qui doivent vraiment y être stockés, et dans le bon compartiment car un frigo a des températures différentes selon les compartiments.

Ensuite, ne jamais faire les courses quand on a faim et toujours les faire avec une liste de courses. Avec les confinements, les Français ont fait plus de listes de courses car ils avaient peur d’oublier quelque chose et de devoir retourner en magasin. Cela a eu un effet positif inattendu : le gaspillage dans les foyers a été réduit. Faire les courses le ventre plein et en suivant une liste de courses limite les achats d’impulsion, donc le gaspillage.

Mon troisième conseil serait de cuisiner. Nos grand-mères savaient transformer les restes. A nous de ne pas perdre cet héritage.

Enfin, utiliser l’appli anti-gaspi Phenix bien sûr ! Elle vous permet d’aider vos commerçants à ne pas jeter leurs invendus et, dans le même temps, de vous régaler à petit prix.

A titre personnel, quelle homme ou femme vous influence au quotidien dans votre combat ?

Ma réponse va vous surprendre. Même si j’ai été et suis toujours fortement inspiré par les grandes figures de l’aide alimentaire et par des entrepreneurs sociaux, mon intérêt pour le sport m’amène à répondre Roger Federer.

J’ai toujours admiré sa capacité à se surpasser dans les moments importants, à s’élever au-dessus du niveau de ses adversaires.

Son professionnalisme, son sérieux au quotidien lui ont permis d’être bon sur la durée. Et puis c’est un joueur fair-play, qui respecte ses adversaires. Dans un métier comme le mien, ce sont des valeurs importantes.

Plus d’informations sur www.wearephenix.com

Donnez votre avis sur cette information !